Félix Lalonde

Résumé

Le revenu minimum garanti intéresse de nombreux chercheur-ses depuis le début du vingtième siècle. Depuis quelques années, celui-ci effectue un retour à l’avant-plan de l’actualité. Dans le cadre de ce qu’on pourrait qualifier d’une « troisième vague » d’engouement autour de cette mesure, des expérimentations, qualifiées de « projets-pilotes », ont été lancées en Finlande et en Ontario notamment. Au Québec, non seulement l’actuel ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale François Blais a publié un ouvrage sur ce thème, mais le gouvernement a aussi abordé directement le RMG — et sa possible mise en œuvre — lors de son « Forum des idées pour le Québec ». C’est dans ce contexte que le GIREPS a décidé d’organiser un séminaire portant sur le RMG en février 2017. Cet atelier de réflexion était organisé autour de deux présentations, qui ont été suivies d’une période de discussions. Ce sont Pierre-Antoine Harvey, économiste à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et Serge Petitclerc du Collectif pour un Québec sans pauvreté qui ont ouvert l’activité en proposant des pistes de réflexion pour mieux appréhender cette éventuelle mesure dans un contexte où celle-ci peut prendre diverses orientations en fonction l’idéologie politique de ses instigateurs.