Laurence Hamel-Roy, Mylène Fauvel, Corynne Laurence-Ruel, Yanick Noiseux

Résumé

Cahiers de recherche du GIREPS | no. 11

Au printemps 2020, en contrepoint de ce qui a été appelé le « Grand confinement », des milliers de travailleur·euses·s ont continué à travailler quotidiennement à l’extérieur de leur domicile, s’exposant au risque de contracter la COVID-19, faisant souvent face à une hausse de leur charge de travail et devant composer avec les défis de conciliation travail, famille-étude. Qualifié·e·s d’« essentiels », ces travailleur·euse·s et leurs emplois ont été au cœur de l’action publique ; ils incarnent la tension entre les besoins vitaux de la population et la préservation du système économique capitaliste. S’inscrivant dans le prolongement des réflexions sur le rôle de l’État dans la structuration des marchés du travail, ce projet de recherche cherche à répondre aux questions suivantes : comment les interventions provinciales et fédérales ont- elles façonné le maintien et la reprise des activités économiques durant la première vague de COVID-19 au Québec ? Comment les rapports de genre, de race et de classe ont-ils structuré ces interventions ? Et quelles divisions du travail ont alors été mobilisées et (re) produites par l’action publique ? Pour répondre à ces questions, cet rapport jette un regard croisé sur quatre études de cas portant sur des secteurs d’emplois spécifiques : 1) le secteur des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), 2) les organismes d’action communautaire autonome, 3) l’exploitation maraichère et 4) l’industrie de la construction. Tel que l’expose chacune de ces études de cas, ces secteurs ont fait l’objet d’une attention soutenue en matière de conditions de travail, de maintien en emploi et de recrutement de main-d’œuvre dès l’annonce de l’état d’urgence au Québec. La mise en dialogue de ces cas et l’analyse du traitement différencié de chacun des secteurs étudiés qui leur est attaché révèlent le rôle actif de l’État néolibéral dans le prolongement des divisions du travail et de leurs modes d’exploitation, faisant apparaitre au sein même de l’ensemble des « travailleur·euse·s essentiel·le·s » d’importantes lignes de fraction qui se déploient à l’intersection des rapports de genre, de race et de classe.